Humeur

2019, année de la reconversion #1

changer de métier après 45 ans

Paf, on y est. 2019 sera l’année où je tourne une grande page professionnelle. Comme je l’avais déjà évoqué, c’est un changement d’aiguillage complet. Le grand plongeon avec une reconversion totale. Quelques missions avec ma casquette de community manager à finaliser pour mes (futurs ex) clients, et je vais enfin me lancer. Vraiment. J’ai hâte de me lever avec de nouveaux objectifs et me créer un nouveau planning.

Pas facile de savoir par où commencer, mais je vais avancer pas après pas. On m’a dit « Ohlalala mais tu n’as pas peur de te lancer à ton âge ? » (sic) … « Oooooh ! Mais quel courage ! » … ou encore « Oh, mais tu sais que ce secteur est vraiment très difficile ! Je connais untel » … (et blablabla). Je ne vais pas épiloguer, non, je n’ai pas peur, non, je ne suis pas courageuse, et savoir qu’untel ne réussit pas dans ce domaine ne va pas me décourager pour autant.

Je me lance dans une activité qui me plaît et je vais me donner les moyens de réussir. Au moins, je pourrais dire que j’ai essayé. Et si je me plante, ce n’est pas un petit échec qui va changer la face du monde. Je me relève les manches, j’ouvre grand mes oreilles et j’y vais.

Avoir peur de se reconvertir après 40 ans ?

Pourquoi avoir peur ? Si l’on a bien préparé sa reconversion, mûri sa réflexion, analysé ses chances de réussite, que l’on est accompagné et motivé, il est plus facile de se lancer.

Rappelez-vous qu’il n’est jamais trop tard pour entreprendre, réaliser ses rêves, se lancer un défi ou relever un nouveau challenge. Et que votre âge ne doit pas freiner vos envies. Au contraire, votre parcours et votre expérience peuvent être de sacrés atouts.

Parmi mes objectifs du mois de janvier : laisser mes derniers clients en toute sérénité, aider certains d’entre eux à trouver un freelance pour me succéder, créer ma société, et faire une demande de carte professionnelle. Début février, les choses sérieuses commenceront.

Je vous souhaite une merveilleuse année 2019 … et je souhaite aussi à tous ceux et celles qui font le pari de changer de voie de réussir dans leur nouveau challenge !

Qui parmi vous ose se lancer en 2019 ?

 

© Photo by Annie Spratt (on Unsplash)

Vous pourriez aussi aimer

5 Commentaires

  • Répondre carine 10 janvier 2019 at 17:48

    J’aimerais bien mais je ne sais pas par où ni comment commencer !
    Ma profession actuelle ne me plait pas et surtout ne me permet ni de me réaliser pleinement ni de mettre à profit mes qualités. Bref je voudrais changer mais je ne sais pas comment m’y prendre.

    • Répondre sandrine 10 janvier 2019 at 18:09

      Hello Carine ! Merci pour ton passage par ici. Tu peux lire mon article qui s’intitule (A 40 ans je change de métier), ça te donnera quelques pistes. Après un bilan de compétences pour guider ta réflexion et ton choix. Renseigne toi auprès de l’ANPE ou des organismes de formation, tu devrais trouver des conseils. Une chose est sûre : si tu as envie de faire autre chose, il faut se donner les moyens de le faire et oser pousser les portes ! Bon courage et bonne année.

  • Répondre Mafalda 15 février 2019 at 13:30

    Je me suis lancée après la naissance de mes jumelles, car je ne me plaisais plus en entreprise (j’étais ingénieur en informatique) et j’ai passé un Master II en traduction lorsqu’elle avaient 1 an avec 4 heures de trajet par jour et le cortège de maladie infantiles qui va avec… Mais mon conseiller APEC, qui me conseillait un plan A et un plan B, m’a dit que j’avais fait tellement d’efforts pour me reconvertir dans ce domaine, que je devais aller jusqu’au bout. J’ai fait une véritable étude de marché et je suis devenue autoentrepeneur. Il a y a des formations disponibles lorsqu’on adopte ce statut, et la comptabilité est extrêmement simple à gérer, on a 24,6% de charges sur nos revenus, qui sont NOS revenus, ce qui implique que l’argent que tu gagnes est celui que tu as investi dans ton activité, et ça n’a pas de prix.
    Je ne l’ai jamais regretté, car je m’épanouis vraiment dans ce métier, j’en apprends tous les jours, je suis libre de choisir mes clients et de gérer mon emploi du temps, et j’adore ma manager: c’est moi
    Il faut savoir s’écouter et écouter notre intuition, nos désirs. Il s’agit de notre vie et de notre épanouissement, et il vaut mieux quitter un emploi dont on a fait le tour et dans lequel on ne s’épanouit guère et faire le grand saut. Au pire, on se plante. Et alors? Ce n’est pas un échec, mais une leçon qui nous sert à avancer. Je t’encourage vivement à suivre ta voie, moi j’ai commencé le 2 janvier 2012 et ça roule! Et l’âge très sérieusement, ce n’est pas un problème… On peut avoir plusieurs vies, il faut se lancer des défis, prendre des risques mesurés et se donner la chance de s’épanouir et surtout ne pas écouter les casseurs de joie… C’est TA vie.
    Mon conseil est de ta faire aider à l’APEC, ils sont très professionnels et plein de bonnes astuces et de faire une véritable étude de marché, de même que de te joindre à des groupes de l’emploi de tes rêves sur LinkedIn, c’est comme ça que j’ai connu des traducteurs qui m’ont donné plein de tuyaux et m’ont permis de travailler à l’international.
    Bonne chance et big up! Qui ne tente rien n’a rien. L’échec ce n’est pas de partir d’une situation dans laquelle on ne s’épanouit pas, mais de rester.
    xxx

    • Répondre sandrine 15 février 2019 at 14:29

      Quelle énergie ! Tu as bien raison ! Il n’y a pas d’âge pour se reconvertir, se faire plaisir, se réaliser et tenter sa chance !
      Bises.

  • Répondre Mafalda 15 février 2019 at 13:31

    Et au fait, je me suis reconvertie à 39 ans… Et alors?

  • Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.