Humeur

« Les jeunes femmes de 50 ans »

Nous sommes toutes des futures quinquas ! C’est la prochaine étape, le saut dans une nouvelle décennie, qu’on aborde parfois avec un petit vertige, soyons honnête. « Les jeunes femmes de 50 ans » parle du temps qui passe, des amours d’avant et d’aujourd’hui, de la quête du bien-être, de la sérénité difficile à toucher du doigt, du regard qu’on porte cruellement sur nous, de la relation aux autres et aux plus jeunes, du cheminement et de nos questions existentielles, de la joie des bilans, de ce corps qui change et nous joue des tours, des bouleversements familiaux, des enfants qui partent et qu’on aimerait bien retenir un peu, de nos parents qui vieillissent, de la spiritualité et de cette quête de sens qu’on aimerait donner à sa vie, de notre place dans le monde professionnel. De la vie, en fait.

Ce que je retiens de ce livre ? Une vision juste et sans fard de la femme de 50 ans. Un essai écrit avec beaucoup de réalisme, d’humour, de justesse et de bienveillance. Le tout emballé sous une plume parfois acérée, drôle, douce ou émouvante.

Ce livre était pour moi. Je suis née en 1968. Le calcul est vite fait. J’ai tourné les pages, comme une vraie thérapie et je le recommande à toutes celles qui approchent de cette décennie, bourrées de doutes et de questions. Et pour peu que l’on ait déjà rencontré Mylène Desclaux, on se dit que vraiment les jeunes femmes de 50 ans n’ont rien à envier aux autres !

Ce que dit la 4ème de couverture

 » Les Jeunes Femmes de cinquante ans  » s’adresse à toutes celles qui sont victimes de ce vertige que provoque le cumul des années à cinquante ans. Car une fois apprivoisée cette certitude aiguë de la finitude, une fois éradiqués les complexes de son année de naissance, une fois digérée la multiplication endémique des traces du temps sur le cou et le haut des genoux, enfin libérée du regard des autres sur son enveloppe charnelle, alors on peut respirer, et poursuivre sa route, tranquille, au plus près de soi-même. 

Et puis si, en chemin, l’envie nous saisit de nous arrêter, de pousser les meubles, de monter le son et de danser sur la table, qui peut nous empêcher? « 

L’auteur

Mylène Desclaux a été chef d’entreprise avant de tout arrêter, décidant qu’elle avait assez d’argent pour vivre jusqu’à la retraite. Elle a donc choisi de « vivre pleinement une décroissance sereine que je juge tendance, sexy et définitivement inévitable ». Dans ces mots, tout est dit !

Retrouvez aussi Mylène Desclaux sur son blog Happy Q ! Elle y raconte ses émerveillements, mais surtout ses amusements de jeune femme de 50 ans, qui dit-elle « promène en permanence un regard amusé sur le monde qui m’entoure et m’étonne volontiers de sa singularité ».

(Pour le commander >> cliquez sur la couverture)

« Les jeunes femmes de 50 ans » de Mylène Desclaux, éditions JC Lattès 2018

Vous pourriez aussi aimer

2 Commentaires

  • Répondre Pimprenelle 6 mai 2018 at 21:56

    J’adore Mylène Et son blog ! J’ai reçu son livre que je vais lire prochainement ! Merci pour ton débriefing et Bonne soiree

    • Répondre sandrine 7 mai 2018 at 14:11

      Un livre qui fera sourire beaucoup de quinquas, ou futures quinquas 😀

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.