Humeur

Il n’est jamais trop tard pour éclore !

late bloomer

« Il n’est jamais trop tard pour éclore, carnet d’une late bloomer », voilà le dernier livre qui m’a semblé important de partager avec vous. Vous qui avez sans doute plus de 40 ans, pas tout à fait 40 ou bien carrément beaucoup plus. De toute façon, peu importe l’âge, tout se passe dans la tête, c’est bien connu. Mais ça, on en reparlera un autre jour.

Revenons à nos late bloomer, une expression qui vous est sans doute inconnue. Car si l’expression anglo-saxonne est répandue, la langue française ne possède aucun équivalent. On pourrait traduire textuellement late bloomer par « plante à floraison tardive ». Cela identifie les personnes qui s’épanouissent, se développent ou trouvent leur place dans la société plus tardivement que les autres. De l’enfant qui marche plus tard que les petits du même âge, au quinquagénaire qui se révèle sur le tard.

On peut éclore socialement, personnellement ou professionnellement tard, très tard parfois. Et alors ? On peut être heureux et s’épanouir, même si on est à la traine.

Et si vous étiez un(e) late bloomer ?

Ce livre, écrit à la manière d’un journal raconte le cheminement très personnel de notre late bloomer. Un récit plein d’humour qui peut rassurer et ouvrir les yeux des lecteurs, eux-mêmes en plein questionnement.

Un livre plein d’espoir pour tous les quadras, quinquas et les autres qui n’ont pas encore éclos. Vous avez le sentiment de n’avoir pas encore trouvé de sens à votre vie ? Patientez et lisez ce livre résolument feelgood en attendant, il vous fera sans doute du bien !

Ce que dit la 4e de couverture

Il y a deux ans, comme le font les gens raisonnables quand ils sont au fond du trou, j’ai consulté une voyante qui m’a fait cette surprenante révélation : « Il ne faut pas vous inquiéter, vous êtes une late bloomer, tout va vous arriver plus tard dans la vie ! »

Selon elle, je n’avais rien raté, je prenais juste mon temps. J’étais en train de grandir, de m’enrichir, de pousser comme une plante en milieu de saison. Et surtout, un jour, c’est sûr, le sens allait se révéler à moi.

J’ai retroussé mes manches, j’ai creusé pour déterrer les peurs, les croyances et les injonctions qui m’empêchaient d’avancer, j’ai semé les nouvelles graines qui allaient me faire éclore.

Il n’y a ni âge, ni sexe, ni origine, ni taille, ni poids pour être late bloomer… C’est la beauté de cette aventure.

L’auteur

Française et Américaine née au milieu des années 70 (donc a priori quadra, ndlr !), Catherine Taret a notamment collaboré avec le site MyLittleParis. Par ici pour en savoir plus sur l’auteur.

 

(Cliquez sur la couverture ci-dessous pour le commander)


« Il n’est jamais trop tard pour éclore – Carnet d’une late bloomer » de Catherine Taret, Editions Flammarion 2017.

Vous pourriez aussi aimer

10 Commentaires

  • Répondre Nine 9 juin 2017 at 10:06

    Bonjour Sandrine,

    Merci pour cet article. Me suis reconnue dans le titre de l’article et dans celui du livre bien sûr. 😉 et pourtant, ma petite voix me dit ‘il est temps quand même de s’y mettre ». La voix de la culpabilité peut-être. Je vais acheter le livre du coup.

    Belle journée

    • Répondre sandrine 9 juin 2017 at 10:18

      Bonjour Nine, bienvenue parmi nous 😀 Oui, ce livre t’éclairera sans doute et te donnera de belles pistes de réflexion.C’est un livre très différent de ce qu’on trouve d’habitude sur la réalisation de soi.Bonne lecture !

  • Répondre Véro 9 juin 2017 at 15:41

    il a l’air sympa ce livre… je dois être une late bloomer aussi car je fais tout très tard… lol Il me faut du temps, ça doit murir avant. En même temps je suis gémeaux donc c’est un peu casse-tête de prendre des décisions 😉

    • Répondre sandrine 9 juin 2017 at 15:45

      Une late bloomer qui s’ignore mais qui va sans doute confirmer cette découverte en lisant ce livre 😀

  • Répondre Zanieri 9 juin 2017 at 16:45

    Bonjour, je pense être également une late bloomer, 44 ans, je commence (seulement) à me sentir bien dans mon corps (un peu) mais surtout dans ma tête !!! Je viens de me couper les cheveux courts même très courts, c’est fou se qu’une coupe peu donner de l’assurance et se faire sentir bien!!
    Me réjouis de lire ce livre, j’espère qu’il va me donner d’autres pistes…
    Alexandra

    • Répondre sandrine 9 juin 2017 at 16:47

      Bonjour Alexandra et bienvenue par ici ! C’est vrai que parfois un seul changement (comme une coupe de cheveux) peut être un déclic pour plein d’autres choses. Ce livre apporte de nombreuses pistes de réflexion aux late bloomer et à ceux qui se cherchent encore !

  • Répondre ellea40ans-Stephanie 9 juin 2017 at 21:15

    Il a l’air intéressant ce livre ! En effet il n’est jamais trop tard pour bien faire ou pour faire tout simplement. Bon week-end

    • Répondre sandrine 9 juin 2017 at 21:27

      Bien faire, se révéler, se réaliser, se sentir éclore, il n’est jamais, jamais, jamais trop tard !

  • Répondre VALERIE 5 juillet 2017 at 11:33

    Tous ces commentaires me donnent aussi envie de lire ce livre…. merci pour ces bonnes paroles optimistes ! bonne journée à toutes !

    • Répondre sandrine 5 juillet 2017 at 11:34

      Bonne journée Valérie, et bonne lecture !

    Laisser un commentaire