Humeur

La gravité est le bonheur des imbéciles (Montesquieu)

bonheur 40 ans

Tout est dans le titre ! Je n’ai pas grand-chose à ajouter (merci Montesquieu). Plus le temps passe, moins j’ai envie de me prendre au sérieux, pour autant que je me sois déjà prise au sérieux, ni d’enfiler un masque empli de gravité.

Accrocher un sourire sur mon visage, de la bienveillance autour du cou, de la légèreté à mes poignets et de la dérision au fond de moi, voilà comment j’aimerais avancer dans la vie.

Ceux qui nous plombent

Je suis toujours surprise lorsque je croise certains individus, le visage fermé, farcis de certitudes avec la mine assurée de ceux qui savent. Ceux qui savent, les moralisateurs et les donneurs de leçons. Qui prennent leur air le plus sérieux pour vous parler du temps qu’il fait. Qui vous plombent un dîner. Qui vous minent en quelques phrases. Qui ont peur de voir leur mâchoire de décrocher s’ils amorcent un sourire. Qui portent comme un poids sur le dos. Qui redoutent de sortir des sentiers battus. Bref, qui prennent tout avec le plus grand sérieux.

Au-delà d’une question d’âge, c’est avant tout un état d’esprit. On peut avoir 20 ans, et porter la gravité comme signe de maturité. Avoir 70 ans et l’afficher comme l’expression d’une certaine amertume et de regrets. Ces gens-là, ces plombeurs de vie, je sens venir à des kilomètres et je les fuis.

Prendre la vie comme une grande farce !

Comme si nous n’avions pas le droit d’être heureux, de rire, de nous amuser, de prendre la vie avec amusement et légèreté.

Soyons libres, soyons heureux, soyons fous ! Libérons-nous de nos jugements, de nos idées reçues ! Faisons preuve d’audace, de légèreté, de curiosité, de dérision, de sourire ! Fuyons les regards et ceux qui savent.

Réservons la gravité aux choses qui le méritent. Aux blessures, aux souffrances, aux malades, il y a déjà assez affaire avec ce que le monde nous offre. Cette gravité, c’est comme un vernis qu’on s’applique sur le corps, comme un masque derrière lequel on enfouit notre fantaisie, ou le peu que nous en ayons. Rassurant sous certains angles, mais effrayant dans le fond.

Parce que la vie est courte, qu’elle nous apporte son lot de malheurs mais soyons vivant. Pura vida !

 

© Crédit photo Mark Daynes (Unsplash)

Vous pourriez aussi aimer

6 Commentaires

  • Répondre Maider 31 octobre 2017 at 12:35

    Tellement vrai !!! Je suis d accord à 100%!!! Même philosophie de vie !!! Je t embrasse

    • Répondre sandrine 31 octobre 2017 at 15:38

      Merci Maïder ! Plein de bisous 😀 😀 😀

  • Répondre Jo Ridee rieuse 1 novembre 2017 at 08:22

    C’est pour ça que, bien souvent, je me sens plus à l’aise avec les trentenaires qu’avec les quinquas et +.
    Je me dis que les clubs du 3eme age sont une hérésie. Bien souvent, ces gens là pensent que c’était mieux avant et que les jeunes sont des abrutis.

    • Répondre sandrine 2 novembre 2017 at 15:16

      Ah mais tu as des trentenaires terrifiant et des personnes de 75 ans pleine de vie et d’optimisme ! Je ne pense pas que ce soit une question d’âge mais plutôt d’état d’esprit. Bon c’est vrai que le côté aigri et moralisateurs de certaines personnes plus âgées me rend aussi complètement dingue…

  • Répondre Lou 1 novembre 2017 at 09:28

    Entièrement d’accord ! Moi qui vis à 100 à l’ heure je ne supporte pas ce genre de personnes…ces plombeurs de vie toujours à se plaindre…
    Belle journée et bisous

    • Répondre sandrine 2 novembre 2017 at 15:17

      Coucou toi ! Décidément on fait partie de la même #teamantirelou Des bisous et bonne journée !

    Laisser un commentaire