Humeur

Etre libre et s’autoriser, enfin.

etre libre

On va arrêter de se poser des questions, tourner autour du pot, hésiter, se dire qu’on ne devrait pas, penser à ce que les autres vont penser, bref. On va s’autoriser. Enfin.

S’autoriser à être heureux, à oser, à changer, à prendre un autre chemin, à vivre de sa passion, à dire non, et se libérer des contraintes et des jugements. D’ailleurs, il serait temps.

40 ans : s’autoriser !

Certains n’ont pas attendu d’avoir 40 ans pour oser. D’autres prennent le temps, avant de s’autoriser. Je fais partie de ces derniers. Ceux qui ont laissé le temps faire son chemin et leur apporter de la confiance, de l’assurance, de la sérénité. Il suffit parfois d’un déclic, une maternité, le décès d’un proche, un bouleversement personnel ou professionnel pour que cette soif de liberté se réveille.

Alors, on s’autorise à vivre comme on aime, à chanter sous la pluie, à dire non, à dire oui, à mener la vie comme on l’entend. Avec nos bonheurs, notre différence, notre singularité.

Etre libre, aussi.

Et puis, un jour, on est libre. Plus léger, délesté du regard des autres. Comme si des chaînes entravaient insidieusement notre façon de dire, de faire ou de penser depuis des années. Libre d’aller et venir, libre de penser, libre d’envoyer valser tout et n’importe quoi.

Avec une pointe de regret parfois d’avoir attendu toutes ces années avant de toucher du doigt cette liberté. On se dit qu’on a peut-être perdu du temps, ou qu’on est passé à côté de la vie, tout simplement. C’est un sentiment étrange, peut-être est-ce tout simplement la maturité.

Je crois qu’à cet instant, enfin, on se sent vraiment en vie. On respire, on a appris à s’aimer et ça fait du bien.

 

 

Photo de couverture © Nicolas Tissot on Unsplash

Vous pourriez aussi aimer

1 commentaire

  • Répondre Cougarette 27 avril 2018 at 10:56

    A mes 40 ans j’ai connu une séparation difficile.
    J’étais libre mais malheureuse.
    Aujourd’hui, je suis juste de nouveau libre et oui j’en profite et je n’envisage plus mes relations comme avant.
    Je m’explique :
    Avant je croyais en l’amour.
    Aujourd’hui j’ai perdu mes illusions.
    En suis-je plus heureuse ?
    Franchement je ne sais pas pas cela dépend des moments.

  • Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.