Sport

MA VIE EN COURANT.

running

Jamais je n’aurai cru y arriver. Prendre même du plaisir dans le running, c’était impossible. S’il y a un an, on m’avait dit « Tu verras dans quelques mois, tu courras comme un lapin pendant plus d’une heure et ton corps en aura même besoin. » Ouarf, j’aurai dit. Moi, courir ?

Sportive, ça oui, je le suis depuis mon enfance. J’ai même touché du doigt le haut niveau sportif, fait quelques gammes à l’Insep. J’ai une bonne condition physique, je fais de la compétition, je m’entraine toutes les semaines au tennis, je pratique avec plaisir le ski alpin, le ski nautique, le wake board, me débrouille à cheval, disons que je m’en sors pas mal. Mais côté running, là, c’est une autre histoire. Une véritable catastrophe même. Au bout de 100 mètres, j’ai déjà envie de m’arrêter, je souffle comme un bœuf, je râle, je peste et surtout je n’en vois pas l’intérêt. Alors au bout de quelques minutes -disons entre 5 et 10 minutes-, je renonce.

Et ce petit manège a duré plusieurs années, à chaque fois que j’essayais. Désespérant. Etait-ce dû à ces footings qu’on m’a forcé à faire lorsque j’étais enfant et que je détestais ? Peu importe, le résultat était là, j’étais nulle.

Il y a quelques mois, ma fille m’a mis au défi, elle qui avale les kilomètres en courant au rythme de plusieurs séances par semaine.

– Je parie que tu n’es pas capable de courir 1 heure en moins de 4 mois !

Moi qui n’aime pas perdre les paris, mais qui aime relever les défis, me voilà face à un cruel dilemme. Je n’ai pas réfléchi, j’ai parié. Les débuts ont été laborieux. J’ai d’abord constaté que je courais mieux avec un casque et ma musique. Je chante en courant, je n’entends pas ma respiration et c’est bien comme ça, le temps pas plus vite. Premier équipement fut donc l’achat d’un brassard dans lequel je glisse mon iPhone. Passé quelques séances à tourner autour des 20-25 mn, il fallait que je trouve un booster.

En surfant sur le net, je suis tombée sur un coach en course à pied (totalement gratuit je précise. Voilà, ce qui me manquait. En quelques clics, je découvrais une méthode pour améliorer ses performances : une alternance de marche rapide et de course progressive. J’ai commencé 1 séance, puis 2, 3, 4 … finalement, j’y prenais goût. Au minimum deux fois par semaine.

Le secret d’après moi (ce qui m’a aidé), était d’alterner la marche et la course, à un moment donné par le coach et où je n’en ressentais pas forcément le besoin. Appliquée, j’ai poursuivi. Aidée par une application sur iPhone qui enregistre mes performances, je pouvais comparer à chaque séance ma vitesse, mes accélérations, le nombre de kilomètres, le temps ou encore le dénivelé. A voir les distances augmenter, et l’heure de course approcher, je jubilais.

Je me suis accrochée, j’ai continué. J’ai gagné mon pari. Avec le sourire et beaucoup de plaisir. Pour me récompenser et poursuivre sur ma lancée, je me suis fait un beau cadeau : une nouvelle paire de running !

Vous pourriez aussi aimer

5 Commentaires

  • Répondre OohJules 4 septembre 2013 at 16:22

    Tres sympa ton blog !
    A très vite
    Bisous
    Julien
    http://www.oohjules.com

  • Répondre MissCoquelicot 5 septembre 2013 at 17:27

    On dirait moi !! mais je n’ai de pari avec personne, juste avec moi même…. et je cours depuis début juillet, je n’aime toujours pas, mais je me dis que ca viendra. ton post m’encourage 🙂

    • Répondre Sandrine 5 septembre 2013 at 18:06

      Si ça peut t’encourager, tant mieux ! Bon courage, tu verras le plaisir viendra, je t’assure, moi, je n’y croyais pas du tout 😉

  • Répondre Marion 6 septembre 2013 at 13:24

    Quel compétitrice! C’est vraiment génial que tu aies réussi ton pari en t’accrochant. Comme quoi, avec de la volonté on arrive à tout. Ne jamais lâcher!!

    Bisous!

    M.

  • Laisser un commentaire