Humeur

A 40 ans, je change de métier !

reconversion 40 ans

Les aléas, les hasards, nos choix ou les malheurs de la vie nous conduisent parfois à changer de voie professionnelle autour de 40 ans. Certaines femmes se voient un beau matin contraintes de travailler alors qu’elles ont passé leur vie à élever leurs enfants.

D’autres, mises au chômage, croulent sous les réponses négatives d’employeurs potentiels. Et quelques-unes éprouvent simplement le désir d’un nouveau métier, sans jamais avoir osé franchir le pas. Pour toutes ces femmes, la reconversion professionnelle sonne comme une évidence.

A 40 ans, peut-on changer de cap ?

Laissez de côté les « a priori » très français qui nous figent trop souvent dans une seule et unique voie. Nous sommes parfaitement libres de devenir graphologue alors qu’on était jusqu’alors comptable.

Libre à vous de mener votre vie professionnelle comme bon vous semble, à condition de garder les pieds sur terre !

  • Si vous avez déjà une idée du domaine dans lequel vous souhaitez vous engager, c’est un bon point de départ. Ne voyez pas trop loin, trop grand, trop compliqué non plus.
  • Faites une étude de marché, évaluez les risques d’échec, et renseignez-vous sur les activités semblables dans votre ville ou votre région. Regardez également sur internet d’autres parcours semblables au vôtre.
  • Listez noir sur blanc tous les avantages et les inconvénients d’une telle profession, ce que cela va impliquer dans votre vie, les changements de rythme, de rémunération, d’organisation.
  • Si vous n’avez aucune idée mais que vous souhaitez vous reconvertir, un conseiller du Pôle Emploi peut pour guider et vous accompagner. Un bilan de compétences fait auprès d’un spécialiste aidera toutes celles qui veulent entreprendre cette démarche. Ce bilan permet aussi de voir si votre envie est réellement compatible avec votre expérience, votre profil, vos envies, votre tempérament et votre vie.
  • Une fois votre projet bien cerné, faites un business plan et posez-vous les bonnes questions : comment financer cette reconversion ? Combien de temps dure ma formation ou mon installation ? Combien de temps vais-je attendre avant de toucher une rémunération ? Avec quel argent vivre pendant ce temps ? Quelles seront mes conditions de travail ? Ce changement a-t-il une incidence sur ma vie personnelle ?
  • Si vous avez besoin d’une formation ou d’un financement, sachez que le Pôle Emploi, les communes, la CAF ou la région, encouragent de nouvelles idées et les projets viables. Et si vous êtes salariée d’une grande entreprise, renseignez-vous sur les possibilités de formations financées par l’entreprise. Souvent méconnues, de nombreuses aides existent pourtant !

Sachez qu’une reconversion exige toujours un gros investissement de travail, d’énergie et souvent une grande disponibilité, en tout cas au départ. Si vous en avez toujours rêvé, foncez. Si vous êtes persuadée que votre vie est dans cette voie, allez-y. Osez, avancez, entreprenez, vous en ressortirez plus forte.

Si à 40 ans, rien ne vous empêche d’envisager une reconversion … soyez motivée ! C’est sans doute la clé de votre réussite.

Vous pourriez aussi aimer

4 Commentaires

  • Répondre Mafalda 11 avril 2014 at 22:19

    Après une carrière d’ingénieur en informatique de 12 ans et 6 mois de harcèlement moral, j’ai fait une pause de 2 ans (pendant laquelle j’ai d’ailleurs eu des jumelles!). Une fois que les petites ont eu 9 mois, elles sont parties à la crèche et j’ai fait une étude de marché pour ne surtout pas retourner travailler en entreprise, j’en avais mal au ventre rien que d’y penser. J’ai repris mes études, passé un Master 2 de traduction et je me suis lancée en freelance. C’était un peu risqué, mais j’ai voulu le tenter et je me suis bien préparée. C’est ma 3e année et je suis ravie de mon choix, je fais un boulot qui me passionne, j’ai 41 ans, c’est une autre phase de ma vie, ni la première, ni la dernière, mais je remercie le ciel tous les jours que ça marche! J’avoue que physiquement ça a été dur les 2 premières années car je travaillais 65h par semaine, mais ça commence à aller mieux, et puis de toute façon, travailler pour soi, ce n’est pas pareil que de travailler pour les autres.
    Mon conseiller APEC m’a énormément aidée dans ma reconversion, il faut vraiment se faire accompagner dans cette démarche qui est loin d’être impossible, mais qui demande beaucoup de motivation.
    Mafalda ❤
    http://mafaldadotzero.blogspot.fr

  • Répondre Cap Emploi 18 juin 2014 at 01:21

    Merci pour cet article plein de motivations… la motivation justement, elle sera déterminante : car changer de métier peut parfois prendre beaucoup de temps et le temps c’est bien souvent de…

    Nous avons apprécié un site proposant une aide concrète pour obtenir le financement d’une formation et du salaire, avis aux amateurs !

    Thierry
    http://www.la-formation-continue.fr

  • Répondre Jenifer 18 mai 2016 at 07:44

    Etant infirmière en clinique, le cap de mes 40 ans a eu du mal à passer vu mon état physique à l époque (fatiguée tout le temps, problèmes de transit…) . Et par chance j ai découvert une plante merveilleuse qui a changé ma vie : l aloe vera! Pas seulement elle a reglé mes problèmes des intestins, m a redonné l énergie et le tonus mais ça m a fait changé d orientation professionnelle et je suis devenue coach en santé par les plantes et VDI, ce qui est moins stressant qu infirmiere !

    • Répondre sandrine 18 mai 2016 at 14:47

      Bienvenue par ici Jenifer 😉 Merci pour ton témoignage qui peut donner à d’autres des idées et bravo d’avoir eu le courage de te reconvertir et d’avoir choisi le chemin du bonheur 🙂

    Laisser un commentaire