Humeur

Des clichés sur la quarantaine ? Pfff, non.

clichés quarantaine

Lorsqu’à 20 ans, on s’amusait à se projeter à 40 ans, on s’imaginait avoir déjà réalisé notre vie, vécu nos rêves, pris les rides et les kilos qui vont avec. Si le passage dans la quarantaine signe souvent un véritable changement (en tout cas dans la tête), il est aussi important de le percevoir de manière positive. Vous avez dit clichés ? Moi, je les envoie valser. Et vous ?

A 40 ans, tu as réalisé ta vie. Ou pas.

Faux et archi faux. A 40 ans, tout est encore possible (oui, oui, enfin presque). Une femme de 40 ans peut avoir un enfant ou être en passe de devenir grand-mère, reprendre son métier, suivre une formation et se reconvertir, s’habiller en tailleur ou en jean.

Quant à notre homme fringuant tout juste quadragénaire, toutes les opportunités personnelles ou professionnelles sont encore possibles pour lui. Question de motivation et de volonté.

A 40 ans, tu es largué par les nouvelles technologies.

Vous avez connu le minitel et le téléphone à cadran rond ? Et alors ? Qui vous empêche de maîtriser les derniers smartphones, de surfer sur IG, de poster sur Twitter, de jongler avec les codes HTML, de passer de votre Macbook à votre tablette sans pour autant être un geek en puissance ?

La jeune génération est peut-être plus à l’aise dans la prise en main de ces outils, mais vous avez la sagesse et l’expérience pour vous, ne l’oubliez jamais. La peur freine beaucoup de quadras et c’est dommage.

A 40 ans, Ne te lance pas un nouveau défi.

A condition d’être en forme, les défis sportifs et humains les plus fous sont à la portée de tout quadra qui se respecte. Sport, musique, art, voyage, découverte, c’est le temps de trouver un nouveau souffle et une belle motivation.

Participer à son premier marathon, débuter la sculpture, traverser l’Atlantique, prendre une année sabbatique, exposer ses œuvres, se mettre à la chanson, les quadras ont envie de croquer la vie à pleines dents. C’est l’âge de la maturité et le temps enfin de se faire plaisir.

A 40 ans, tu ne séduis plus.

Vous plaisantez, là, j’espère ? Je vous fais un dessin ou bien ? Dois-je vous rappeler qu’à 40 ans, on est bien dans son corps (enfin) et dans sa tête. Et cela suffit à faire de vous un cocktail explosif, si, si.

A 40 ans, tu déprimes.

Disons que cette petite période qu’on appelle crise de la quarantaine ou crise du milieu de vie, est une remise en question. En quelque sorte un bilan. Parfois brutal, ce passage est souvent bénéfique. C’est en réalité le moment où l’on passe d’une période de réalisation de ses désirs à une réalisation de soi. Pas question de déprimer, il est temps de savourer dans la plénitude les années qui restent !

On n’a plus de temps à perdre, alors, soyez vous-mêmes et allez au bout de vos rêves !

Vous pourriez aussi aimer

11 Commentaires

  • Répondre Miss Zaza 6 mars 2015 at 11:09

    Bon ben ca va je ne me reconnais dans aucun de ces clichés 🙂

  • Répondre Sophia 22 mars 2015 at 10:40

    OoooOOO… mille mercis pour cet article qui fait du bien 🙂 . J’aime beaucoup cette définition : « moment où l’on passe d’une période de réalisation de ses désirs à une réalisation de soi. » Je n’y avais pas pensé, mais cela correspond à ce que je ressens. Par contre, pour la séduction, je suis moins certaine. En tout cas, c’est moins maîtrisé que la toute puissance des 20 ans… Belle et douce journée… 😉

    • Répondre sandrine 23 mars 2015 at 10:18

      Mais non, mais non, je suis certaine que tu maitrise parfaitement l’art de la séduction 😉

  • Répondre Cougarilla 1 juin 2015 at 15:35

    A 40 ans, tu as réalisé ta vie. Ou pas ?

    Disons qu’a 40 ans on a souvent réalisé une bonne partie de ça vie …

    A 40 ans, Ne te lance pas un nouveau ?

    Perso, je ne vois pas pourquoi on ne se lancerait plus de défis à 40 ans.

    A 40 ans, tu ne séduis plus ?

    Ben si on est d’accord ! Et même après 50 ans ou plus …

    A 40 ans, tu déprimes ?

    40 ans c’est un cap symbolique. Mais heureusement, toutes les femmes de 40 ans ou plus ne dépriment pas 🙂

  • Répondre Iva 21 juillet 2015 at 10:59

    Avec 22 ans au compteur, je me suis jamais vraiment projetée à mes quarante ans, mais je vois ça un peu comme l’apogée de la vie. Jeune mais avec l’expérience et la sagesse en plus. Et je pense que l’âge ne devrait jamais – JAMAIS – être un frein pour se lancer dans quelque chose de nouveau. Je pars du principe qu’il n’est jamais trop tard pour commencer quelque chose. Et j’espère sérieusement que même à 70 ans, si j’ai envie de me lancer dans une carrière de violoniste (so random ahaha) j’hésiterais pas à le faire :))

    Xx

    Iva

    http://beblondedontbestupid.blogspot.de/

    • Répondre sandrine 21 juillet 2015 at 11:17

      Il faut rêver et entreprendre jusqu’à la fin de sa vie … enfin c’est ma philosophie 🙂

  • Répondre Isa 12 septembre 2015 at 09:00

    La vie ne s’arrête pas à 40 ans ! On continue à avancer en sachant peut-être plus ce que l’on veut ou pas . Comme je disias à ma fille qui avait sa période peur de la mort : Carpe Diem , c’est pour toute sa vie . Vivre profondémment .

    • Répondre sandrine 12 septembre 2015 at 09:25

      Oui, vivre chaque seconde, chaque instant !

  • Répondre StepHh 24 janvier 2016 at 18:58

    La crise de la quarantaine m’a permis de faire le point sur moi-même et m’a aidé à rebondir. Certes je ne ferai plus les même choses qu’à 20 ans, mais j’en ferai plein d’autres, plus belles encore, plus intenses. Une nouvelle vie !

    • Répondre sandrine 25 janvier 2016 at 08:43

      Un passage quasi obligé et souvent salvateur 🙂 à Bienvenue par ici !

    Laisser un commentaire