Humeur

Bientôt 50 ans. Et alors ?

50 ans

Ce n’est un secret pour personne, je franchirai bientôt un nouveau cap. Encore quelques mois avant d’assumer mes 50 ans. Comme Céline Dion, ma presque jumelle. On a les références qu’on peut. Contrairement à la diva qui sera sur scène avec ses bougies, je vais fêter ça tranquillement, entourée de ceux que j’aime. Sans fanfare, ni trompettes.

Après avoir clamé haut et fort pendant des années que la quarantaine était la plus belle décennie, comment appréhender ma cinquantaine ? Quelles questions me traversent l’esprit ? Suis-je rongée par la peur et les doutes ?

Sereine, tu seras sereine

Ne comptez pas sur moi pour vous parler d’une quelconque crainte à l’idée de changer de dizaine. Je conserve mon sourire et l’envie de profiter de chaque instant. Enfin, je dis ça maintenant. C’est très facile de vous balancer des postulats vaseux comme ça, cachée derrière mon écran, je ferai sans doute moins la maligne dans 4 mois.

J’ai pourtant la conviction que rien au fond ne changera vraiment. Je resterai avec ma tête pleine d’envies et l’idée que l’âge n’est qu’un chiffre posé sur un état civil. Pas un état d’esprit ni une apparence. Je m’imagine plus sereine face à mes choix, plus sélective dans mes projets et mon environnement, plus sûre de moi dans mon quotidien. Partant du principe que le temps est compté, on tranche plus facilement pour aller vers ce qui nous fait du bien. Moins de tergiversations, moins d’hésitations, dans le prolongement de la sagesse de la quarantaine.

Si dans la tête ce passage me semble relativement facile, c’est sans doute dans le corps que les plus grands changements s’annoncent. Pourtant, rien ne me fait peur. Je continuerai, plus encore sans doute, à prendre soin de moi. Le sport sera toujours au programme, avec quelques modifications dans le choix de mes activités. Plus en douceur, plus de souplesse. Je lèverai le pied côté tennis, histoire de ménager mes tendons et j’irai davantage vers le yoga, le fitness et le Pilates.

Je poursuivrai en douceur la transition entamée ces derniers mois vers une alimentation plus contrôlée, produits bio et moins de sucres. Quant à mon corps, je vais le bichonner, le chouchouter, l’hydrater. Pas de coup de bistouri au programme non plus. Une chose est sûre, je vais lutter contre le petit bidon. Avec de l’eau et des abdos hypopressifs. Autant mes rides, je les aime, le gras autour du nombril, je le redoute et le déteste déjà.

Sujet plus épineux, la garde-robe. Il me faudra encore un peu de temps pour ranger mes Gazelle et mes Converse, mais je serai plus vigilante dans le choix des coupes et des matières de mes vêtements. Moins, mais mieux.

Et pour me remonter le moral, je me raccrocherai à l’image de quinquas au top, Estelle Lefébure, Juliette Binoche, Sophie Marceau, Julia Roberts entre autres. Et Céline (je vous avais déjà parlé de mon petit faible pour Céline ?).

Et le blog des quadras dans tout ça ?

Pas de panique, le blog restera là, bien au chaud. Quadra-quinqua, c’est un peu le même combat. Pas tout à fait, mais je resterai sur des préoccupations similaires. À 50 ans, on a dépassé les 40, la logique est respectée. Je me dis que vous, qui venez régulièrement par ici, avancez aussi dans les années. Forcément, la bonne blague.

Je parle, je parle, mais je vous donne surtout rendez-vous dans 4 mois, mes cinquante ans sur le dos, pour vous donner mes premières impressions de quinqua. Quelque chose me dit que ça piquera quand même un peu au réveil.

 

Vous pourriez aussi aimer

15 Commentaires

  • Répondre Happy Quincados 17 novembre 2017 at 17:26

    Tu seras sûrement une Happy Quincado sereine et libre ❤️

    • Répondre sandrine 17 novembre 2017 at 18:00

      Merci toi tu es déjà une happy quincado 😀

  • Répondre Jo Ridee rieuse 18 novembre 2017 at 09:27

    quadra ou quinqua, c’est ‘presque’ pareil, sauf qu’il faut un peu plus de temps pour se remettre d’une fiesta et que les petits kilos sont plus difficiles à déloger. Des broutilles …

    • Répondre sandrine 20 novembre 2017 at 10:07

      Oui, des broutilles comme tu dis !

  • Répondre Lou 20 novembre 2017 at 11:04

    Idem…dans quelques mois, je vais atteindre la cinquantaine ! Oui et alors ? Je me sens toujours aussi dynamique (et toujours aussi râleuse) 😀
    De toute façon, 40 ou 50 qu’est ce que ça change ? !
    Des bisous

  • Répondre Pimprenelle 20 novembre 2017 at 17:58

    Bienvenue au club !
    50 ans et alors ? La vie est belle !
    Bizzz

    • Répondre sandrine 21 novembre 2017 at 11:59

      Je ne fais pas encore partie du club ! Dans quelques mois … en attendant je m’y prépare… avec le sourire 😀 des bisous Pimprenelle !

  • Répondre van LOO laurence 22 novembre 2017 at 19:06

    J’y suis passée cette année ! et bien , je pensais que rien ne changerait mais en fait , j’ai décidé de me préserver davantage et cela passe par faire le tri dans mes « amitiés » , d’être réellement en accord avec moi même , sans aucune culpabilité parce que , pour moi, à 50 ans on a le droit de faire tout ce que l’on veut : message, mode ( d’ailleurs ne fait on pas passer un message dans nos tenues?), bref je m’autorise tout . Je ne sais plus qui a dit qu’avoir 50 ans c’est être une adolescente mais avec une carte bleue !!
    Le plus dur c’est ce corps qui change, la peau , les cheveux et la ménopause avec tous ces désagréments….
    Alors oui à tout ce qui nous fait prendre soin de nous : sport, nourriture, lecture, pensée positive et joie de vivre!
    Des bises

  • Répondre Marion 24 novembre 2017 at 09:22

    Moi je me rassure en me disant que c’est beau de vieillir, que c’est une chance de pouvoir profiter de la vie tant que le corps suit !
    Il y a de très belles personnes qui ont 60 ans ou + 🙂
    Allez la bise !

    • Répondre sandrine 24 novembre 2017 at 17:14

      On peut être belle à tout âge, et donc bien sûr à plus de 50 ans ! Bises !

    • Répondre Carmélie 21 mars 2018 at 15:59

      hein ? heu, mais quel age avez vous pour etre aussi déconnectée du réel 🙂 ? (les personnes en question c’est d’abord la génétique, elles sont rarement pauvres (scoop, la classe bourgeoise mise sur le physique des femmes et ne se mésallie pas, alors à force d’apparier des minces bien nourris aux traits réguliers on obtient les memes en plus grand et toujours plus désinvolte, sans parler de l’accès au yoga depuis es années 30 pendant que l’ouvrier s’use à l’usine ou à l’atelier, aujourdhui chez lidl), ce qui induit éducation et qualité de vie en plus de l’impact de la fortune et de la sécurité matérielle sur le développeement d’un individu. Enfin, c’est beaucoup de marketing, on ne voit qu’elle car ça fait vendre medecine esthetique dernier cri, cosmetiques bio très chers (les plus chers tant qu’à faire pas du marylou bio ou du centifolia qui fait largement le job aussi bien). Enfin, la beauté des grand mères on la voit tant qu’on n’est pas dedans mais après on voit bien qu’on ne vieillit pas pareil. Mais le cerveau pourvoit aux illusions.

    • Répondre Carmélie 21 mars 2018 at 16:01

      (erratum et suite j’ai effacé une partie de la phrase par erreur), cosmétiques bio très cher, coaching, détox, ashram, stand up paddle, stages de rock n roll 😀

  • Répondre Lou 1 décembre 2017 at 12:00

    Bin quoi ? Y aurait-il quelque chose qui change ? Une bombe ? Certainement un belle bombe, ça j’en suis sûre 😉
    Moi c’est bientôt, dans 8 mois.
    Des bisous

    • Répondre sandrine 1 décembre 2017 at 12:30

      Ahahaha une bombe, voilà, c’est ça ! je vais donc te devancer de quelques mois, je te dirai ça 😀 Des bisous !

  • Répondre Abcd 21 mars 2018 at 15:50

    (le mot quinqua c’est trop laid, eurk !)
    Alors sur le coup on ne sent rien, meme si on s’y est préparé avant. Ce n’est qu’une dizaine. Le hic c’est que TOUT en fait un tournant de non retour, et comme on ne sait pas à quel point ça n’entre pas dans le subconscient comme dans du beurre pour une obsolescence programmée, il faut savoir sacrément filtrer car il faut bien se renseigner de temps à autre… le truc que j’ai trouvé c’est de ne pas raisonner en dizaines et de ne se baser que sur son apparence (sur photo , dans la glace on est plus à son avantage) et son feeling. Il est important d’etre physiquement active aussi mais inutile de faire du sport au forcing il faut se faire plaisir, si on n’est pas fauchée on a de la chance sinon on ruse. Pour le moment en dehors des baisses de moral j’ai survécu, du moins tant que je ne pense pas au couperet médico-culturello-social. I ne faut as se comparer non plus sinon c’est décourageant on a l’impression de voir sa grand mère ou on se rassure sur des cas avec lequel on n’a rien de commun. A propos de commun le lieux communs n’apportent strictement rien, au contraire. Il faut juste continuer à vivre en fait, aussi « normalement » que possible.

  • Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.