Humeur

S’aimer pour de vrai !

estime de soi

C’est important de s’aimer. Pas de manière narcissique j’entends, mais simplement être bien avec soi. Etre en harmonie avec ce que l’on est, ce que l’on pense, ce que l’on vit. Avoir une bonne dose d’estime de soi, un soupçon d’amour-propre, un brin d’humilité et un poil de bienveillance envers soi-même. Tout ça me semble être un bon programme. On y puise de la force pour affronter les épreuves, de la lucidité pour traverser les années, du courage pour surmonter les difficultés, du plaisir pour savourer les jolis moments de la vie.

Le dire c’est facile, le vivre c’est souvent plus compliqué. Pour arriver à vos fins, des petites aides précieuses peuvent ouvrir des portes, éveiller votre conscience ou vous faire franchir le pas vers un mieux-être. Que vous vous aidiez de lecture, de sophrologie, de méditation, tout est possible.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai

Pour nourrir votre réflexion, voilà un joli texte comme je les aime. Je vous laisse le découvrir si vous ne le connaissez pas encore … et méditer.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris qu’en toutes circonstances, j’étais à la bonne place, au bon moment. Et alors, j’ai pu me relaxer. Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle l’estime de soi.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle n’étaient rien d’autre qu’un signal lorsque je vais à l’encontre de mes convictions. Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle l’authenticité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de vouloir une vie différente, et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive contribue à ma croissance personnelle. Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle la maturité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai commencé à percevoir l’abus dans le fait de forcer une situation ou une personne, dans le seul but d’obtenir ce que je veux, sachant très bien que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts, et que ce n’est pas le moment. Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle le respect.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai commencé à me libérer de tout ce qui ne m’était pas salutaire : personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie. Au début, ma raison appelait ça de l’égoïsme. Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle l’amour-propre.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé d’avoir peur du temps libre et j’ai arrêté de faire des grands plans. Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime, quand ça me plait et à mon rythme. Aujourd’hui, j’appelle ça la simplicité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de chercher à toujours avoir raison, et je me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé. Aujourd’hui, j’ai découvert l’humilité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir. Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe. Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois, et ça s’appelle la plénitude.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir. Mais si je la mets au service de mon cœur, elle devient un allié très précieux. Tout ceci c’est le savoir-vivre.

Nous ne devons pas avoir peur de nous confronter.
Du chaos naissent les étoiles.

Kim Macmillen*

* Ce texte a longtemps été attribué à tort à Charlie Chaplin

© credit photo Christophe Moore

Vous pourriez aussi aimer

12 Commentaires

  • Répondre christel 24 février 2017 at 11:27

    cela a été un parcours du combattant pour moi mais je crois que j’y suis arrivée et que je peux dire qu’à 44 ans je m’aime enfin. Le chemin a été long, à 20 ans, je ne m’aimais pas du tout, j’ai même eu une période anorexique.

    • Répondre sandrine 24 février 2017 at 11:30

      C’est aussi un des avantages d’être quadra !

  • Répondre virginie B 24 février 2017 at 16:31

    c’est parfois un long chemin mais on a tout à y gagner !

    • Répondre sandrine 25 février 2017 at 09:24

      Tu as raison, ça ne peut être que bénéfique !

  • Répondre Valentinefoix 25 février 2017 at 08:26

    Perso j y suis en plein.
    46 ans et depuis le début de la semaine je viens d ouvrir les yeux après 20 ans d aveuglement.
    Cette semaine a été très douloureuse émotionnellement parlant mais nécessaire pour la seconde partie de ma vie. Cette renaissance je la dois à mon mari qui a ouvert la porte comme une tempête peut le faire. La qurantaine a été brutale et c est pour ca que je veux aborder la cinquantaine avec sérénité et bienveillance à mon égard. En nous aimant nous ,nous aimerons mieux ceux qui nous importent.
    Ce texte est magnifique et précieux .Il tombe à point nommé dans ma vie et je vais le réécrire sur mon carnet afin qu’ il me serve de chemin pour la deuxième partie de ma vie.
    Merci encore d avoir partagé et belle journée

    • Répondre sandrine 25 février 2017 at 09:24

      Merci de ton gentil mot Valentine et bienvenue parmi nous.

  • Répondre Laetitia 26 février 2017 at 22:44

    Oui c’est un des avantages de l’âge de mieux se connaitre et s’accepter 🙂

  • Répondre fabienne 2 mars 2017 at 08:53

    Comme c’est difficile pour moi, je me suis toujours détestée. je suis une psychothérapie après un divorce douloureux, cela fait 2 ans. J’ai 44 ans et suelement aujorud’hui je commence à « m’aimer » un peu. tous les jours, j’ai l’impression de progresser dans ce sens et ça me fait vraiment du bien. Je vais garder aussi ce texte, et le relire comme je le fais avec d’autres textes qui me font du bien.

    • Répondre sandrine 2 mars 2017 at 08:58

      Le chemin est parfois long mais vraiment salvateur !

  • Répondre laurence 13 mars 2017 at 09:25

    difficile pour moi, j’y travaille, je vois une psy depuis quelques années, et j’ai beaucoup avancé. Je suis tombé entre les griffres d’un pervers narcissique qui a laissé des traces…

  • Répondre Manuela 11 avril 2017 at 23:12

    Je trouve ce texte absolument magnifique…

    • Répondre sandrine 12 avril 2017 at 07:59

      Merci Manuela 😀 Bienvenue par ici et bonne journée !

    Laisser un commentaire