SOCHI, JE SUIS PRETE.

sochi

Les Jeux Olympiques et moi, c’est une longue histoire d’amour. J’ai toujours été fascinée par le sport en général, et les JO en particulier. Peut-être cela tient au fait que petite, si j’avais pu/voulu/eu le niveau (voir ) j’aurai peut-être un jour participé aux JO, mais en attendant j’aime le sport, la compétition et l’esprit qui règne aux Jeux Olympiques. Ne me demandez pas pourquoi, mais ça me donne le frisson.

Lors des JO d’Albertville en 1992 devant notre petit écran, on s’est fait la promesse avec mon homme qu’un jour on irait suivre les jeux de l’intérieur, passionnés qu’on était autant l’un que l’autre. Assister aux épreuves, sentir l’ambiance, approcher les sportifs, vivre les jeux. Chose promise, chose due, nous voilà, 18 ans et deux enfants plus tard, partis à Vancouver en 2010. Nous nous sommes offert un voyage magique avec nos filles, elles aussi accros. Nous avons rencontré des supporters de toutes nationalités, partagé nos émotions, assisté à de nombreuses épreuves, portant fièrement l’équipe de France dans notre cœur.

Nous ne quittions plus (comme chaque supporter d’ailleurs quelle que soit sa nationalité) notre drapeau tricolore, les filles étant aussi maquillées en bleu blanc rouge toute la journée. La team France étant finalement peu nombreuse sur place, nous avons eu le privilège d’être admis au cœur de la vie des sportifs. Grâce à une rencontre magique, nous voilà un soir en train de dîner aux côtés des champions, de leurs familles et de leurs entraineurs dans le café qui sert de repère à l’équipe de France dans la station de Whistler. Tous les soirs, nous revenions grâce à notre entrée privilégiée dans cet espace réservé aux familles et interdit à la presse. L’envers du décor. Entendre le débrief des épreuves, comprendre l’analyse des sportifs en temps réel fut un moment d’émotion inoubliable. Les hommes du combiné nordique, Jason Lamy-Chappuis en tête, Vincent Jay et les biathlètes, les skieurs, les snowboarders, nous les avons approchés, touché parfois leur médaille olympique. Nous étions fascinés par leurs motivations, leurs envies, leurs espoirs parfois déçus. Plus qu’un événement sportif, nous avons été porté par une ferveur internationale où finalement ne règne que l’esprit du sport. Le bel esprit. Chaque soutien son pays, avec fierté et sportivité. On félicite l’adversaire qui gagne, on est heureux pour lui de la performance accomplie.

Aujourd’hui, Sochi ouvre ses portes aux athlètes du monde entier. Bien sûr, on sera au rendez-vous tous les 4, devant notre écran cette fois. Avec une émotion toute particulière pour le slalomeur Yohan Goutt Goncalves qui pourtant ne court pas pour la France. Né en France, le jeune skieur a la double nationalité franco-timoraise. Il sera donc le premier athlète du Timor à participer à une épreuve des Jeux Olympiques. Dans son pays, le mot ski n’existe même pas on parle de « patins à neige » ! Et pourtant ce soir, il portera seul son drapeau avec fierté, véritable ambassadeur de son petit pays encore méconnu. Nous avons eu la chance de le rencontrer il y a quelques années, son projet commençait à prendre forme. Il avait alors juste 14 ans et des rêves plein la tête. Sa maman était en train de créer la fédération de ski de son pays et l’aventure allait commencer. A Sochi, son but est de se classer dans les 40 premiers, mais surtout de faire connaître son pays. Voilà, les jeux olympiques c’est aussi ça. Et c’est aussi ce que j’aime. Go Yohan, go !

Nos rencontres le soir dans Whistler

Nos rencontres le soir dans Whistler

Les médailles

Les médaillées

Jason Lamy-Chappuis

Jason Lamy-Chappuis

LA rencontre qui nous a ouvert tant de portes ! Merci !

LA rencontre qui nous a ouvert tant de portes ! Merci ! Mille fois merci !

Les skieuses de l'équipe de France

Le sourire des skieuses de l’équipe de France

n champion olympique quand même

Un champion olympique quand même

Rencontres entre supporters

Rencontre entre supporters français. Mais il y en a eu tant !

Encore une médaille !

Encore une médaille !

JO2

Yohan Goutt Goncalves

Yohan Goutt Goncalves

2 Responses to “SOCHI, JE SUIS PRETE.”

Laisser un commentaire

Basic HTML is allowed. Your email address will not be published.

Subscribe to this comment feed via RSS